Anthologie progressive

Max Alhau, poète, a publié une trentaine de recueils, parmi les plus récents : Aperçus, Lieux, Traces ( éditions Henry, 2012 ),  Le Temps au crible ( L’Herbe qui tremble, 2014, Prix Aliénor ), Si loin qu’on aille ( L’Herbe qui tremble, 2016, Prix François Coppée de l’Académie Française ). Il collabore à différentes revues : Diérèse, Europe, Texture. Il est membre de l’Académie Mallarmé.

Poème

Retour

 

Enclos dans notre nom, dans notre ombre,

que faire de plus sinon regarder au loin

dans la brume qui lève ce peu de territoire

que la vie nous a concédé.

 

Ce serait facile de retrouver nos pas

sur  une neige ayant survécu à l’été.

Nous ferions demi-tour pour découvrir

des torrents, des à-pics, tout ce qui n’est plus

qu’apparence mais qui l’emporte sur le réel,

puisque nos marges sont restreintes

et qu’il faut se donner l’illusion

d’avancer un peu plus,

de découvrir des cerisiers en fleur,

un lac sans nom dans la clarté matinale.

 

Il nous suffit de ne plus rien dire,

de ne plus  rien voir et d’entrer dans la nuit

à contre courant, toutefois.