Anthologie progressive

Eric Guilleton, Auteur compositeur interprète.

Né en 1959 à Paris IX. Autodidacte, multi –instrumentiste. Il découvre la guitare, la poésie et commence à écrire et composer à l’âge de quatorze ans. Auteur de six albums (Editions Saravah) depuis trente ans il promène ses chansons en France mais également aux quatre coins du globe (Europe , Afrique, Inde, Extrême Orient). Il figure dans l’anthologie des Nouveaux Poètes Français et Francophones (dirigé par Jean-Luc Favre et Matthias Vincenot, collection les lettres du temps Jean-Pierre Huguet,éditeur 2003). Publie son premier recueil de poèmes Vivre à dix centimètres du bonheur ( Aumage éditions, 2006). Il est Citoyen d’Honneur de la commune de la Forêt Sainte Croix.

Poème

L’homme qui boit est capitaine

D’un navire incertain

Sur une mer incertaine

L’homme qui boit est un vélo sans selle

Alors devinez où il a mal ?

Quand il  monte et chante « à bicyclette »

Non ! Non ! Vous n’y êtes pas du tout !

C’est aux rêves qu’il a mal…

L’homme qui boit est un tango sans musique

Qui attend sa prochaine danse

Perché  sur le temps

Il pleure et pense

Et panse

Les ailes de l’enfance

Et si d’aventure

Il tangue

C’est qu’un cheveu s’est glissé sous sa langue

Un cheveu c’est pas grand chose

Mais  il penche

Sous le vent

Soulevant d’une main l’avant

De l’après demain d’ici….

Il penche mais ne plie pas

Sous le regard des passants.

L’homme qui boit n’a pas soif

Il a faim de tout

Le jour comme  la nuit

En doutiez-vous ?

Impatient

De gagner sa  guerre  qui n’aura pas lieu

Faute de combattants

L’homme qui boit est un cheval

D’étoiles à découvrir

Dans la banlieue de l’oubli

L’homme qui boit est un carton d’emballage

Blackboulé  dans les allées de la vie

L’homme qui boit ne pleure pas sur lui même

Mais sur la chanson de Prévert

Il en connaît l’air

Mais ne l’a pas écrit

Ou pas encore

Mais s’il est vrai que tout est dit…

L’homme qui boit boîte

Dans l’écume d’un soleil d’aujourd’hui…