Interview réalisée par Pierre Kobel pour La Pierre et le Sel.

L’association Poésie en liberté a fêté ses vingt ans en 2018. C’est l’occasion de s’entretenir ici avec Jean-Marc Müller, initiateur de cette entreprise, qui la dirige toujours avec discrétion et dynamisme.

La Pierre et le Sel : Quel est l’itinéraire personnel qui vous a conduit à la poésie ? Culture familiale ? Rencontres personnelles ? Études ?

Jean-Marc Müller : Dès mon plus jeune âge, j’ai lu. Lu et lu jusqu’à plus soif. Je suis né et j’ai grandi dans une famille sans livre. Le receveur des Postes a légué à mon frère aîné une impressionnante bibliothèque de plusieurs centaines de livres : grands auteurs russes, allemands, anglais et évidemment français. J’ai dévoré le plus grand nombre.

La Pierre et le Sel : Quelle place occupe aujourd’hui la poésie dans votre existence ? Avez-vous une écriture personnelle ? D’autres activités de création artistique ?

Jean-Marc Müller : J’ai ainsi appris auprès de ces auteurs à écrire. J’ai noirci chaque jour une page d’un carnet à spirales demi-format. J’ai maîtrisé la langue française vers 12 ans et rédigé 27 de ces carnets jusqu’à mes 18 ans. À 22 ans je les ai brûlés. J’ai créé un premier journal vers 24 ans (agit-prop révolutionnaire post mai 68). Puis un deuxième journal associatif sur l’éducation. Puis des revues sur l’éducation qui existent encore.

La Pierre et le Sel : Quels sont les poètes, contemporains ou du patrimoine, qui vous sont proches par leur écriture ? Quelle place accordez-vous à la lecture des poètes en regard de votre travail personnel ?

Jean-Marc Müller : Je continue à lire de nombreux poètes que je connais personnellement par mon action à Poésie en liberté.

La Pierre et le Sel : Avez-vous personnellement déjà publié ?

Jean-Marc Müller : J’ai publié de nombreux articles dans des revues que j’ai dirigées. À 20 ans j’ai écrit des pièces de théâtre qui ont été représentées dans plusieurs pays d’Europe. Tout a été ensuite brûlé selon mon habitude. J’ai toujours écrit et je n’ai jamais cessé. Mes écrits sont soit détruits, soit inconnus de tous.

La Pierre et le Sel : Poésie en liberté a vingt ans d’existence. Quelles sont les conditions qui ont présidé à sa création ? Quelles sont les grandes étapes de son histoire ?

Jean-Marc Müller : Poésie en liberté est le fruit du hasard : dans un lycée j’ai su constituer une équipe pour faire lire et écrire des textes en vue d’offrir leur chance aux élèves. Je l’ai lancé. Le hasard m’a permis de poursuivre et de faire durer l’initiative.

La Pierre et le Sel : Vous présidez aux destinées de l’association depuis le début. Comment travaillez-vous avec l’équipe qui vous accompagne ? Quel est le rôle de chacun dans l’organisation et la gestion du concours et des manifestations de l’année ?

Jean-Marc Müller : Je suis entouré d’un groupe de fidèles tous bénévoles. Voici la structure opérationnelle :

  • Équipe gestion et finances avec des personnes compétentes
  • Équipe pédagogique pour encadrer les jeunes engagés dans le jury, l’animation culturelle
  • Équipe recherche-développement avec publication de jeunes auteurs et promotion d’artistes
  • Recherche de sponsors et partenaires
  • Directions : Directeur artistique, Directeur des systèmes d’information, Directeur des relations publiques

La Pierre et le Sel : Quel est le déroulé de chaque édition du concours, ses grandes étapes ?

Jean-Marc Müller :

  • Diffusion de l’information : décembre-janvier affiches, site, réseaux sociaux
  • Participation au concours : janvier-avril
  • Jurys : mai
  • Anthologie : octobre
  • Remise des prix : novembre

La Pierre et le Sel : Quel est votre fonctionnement économique ? Quel est le statut de votre association ? Quel est votre budget de fonctionnement ? Avez-vous des subventions ? Des partenaires ?

Jean-Marc Müller : Association Loi 1901, Sponsors publics et privés, subventions des ministères et de la Région. Budget annuel de 60 000,00 euros

La Pierre et le Sel : Quels modes de diffusion utilisez-vous pour annoncer le concours ? Quelle est l’importance des relations avec le monde de l’éducation ? Avez-vous des relais dans les médias ? Utilisez-vous Internet ?

Jean-Marc Müller : Le concours repose sur le site Internet (pour la participation, l’action culturelle, les résultats et la diffusion.

La Pierre et le Sel : Quelle importance accordez-vous à l’édition du recueil qui accompagne chaque édition du concours ?

Jean-Marc Müller : Le pari de l’édition d’un livre s’inscrit sur la nécessaire combinaison entre l’écrit et l’électronique.

La Pierre et le Sel : Quelle est votre opinion quant à l’état de la poésie en France ?

Jean-Marc Müller : La poésie est vitale. Chaque civilisation est née d’un grand poème. Chaque langue est vivante par ses écrits et sa poésie forme le tissu de sa vie démocratique.

La Pierre et le Sel : Quels sont vos projets pour l’avenir de Poésie en liberté ?

Jean-Marc Müller : En faire le creuset de la naissance de jeunes poètes.

Source