Blog du Président

Lorsque mon amie Muriel m’a parlé de vous, elle a choisi ses mots pour faire d’une grande poétesse une princesse orientale, portant le chatoiement étrange et fascinant des Abruzzes. Le Liban est pour moi le pays irréel voué à fournir le bois des temples éternels. Ses habitants, de haute lignée phénicienne, sont nécessairement des créateurs infatigables et étonnants.


Je me prépare dans ses conditions étranges à vous rencontrer, moi l’habitant d’un pays réputé pour son Descartes. J’en prends le risque,  en me faisant accompagner par une interprète experte des bouillonnements méditerranéens.

Mais je suis heureux !

Heureux parce que vous apporterez aux innombrables participants à notre concours international la sensibilité d’une âme habitée par l’universel. Vous faites partie, je l’ai lu, de dix prix littéraires dont celui du Prix des Cinq Continents de la Francophonie.

Poésie en liberté est un concours international : des poèmes de 152 pays des cinq continents nous sont parvenus en 15 ans d’existence. Pas loin de 80000 textes.

Vous nous faites l’honneur d’apporter votre lumière à notre volet international en coopération avec TV5 Monde. Les jeunes dispersés sur l’immensité des terres et des océans apprécieront qu’une Marraine tutélaire veillent plus particulièrement sur leurs efforts d’écriture.

Madame Vénus Khoury-Ghata, puisque tel est votre nom, je vous souhaite la bienvenue sur le bateau libre de Poésie en liberté.