Anthologie progressive

Marion Brun est agrégée de Lettres Modernes et doctorante contractuelle en Littérature Française à la Sorbonne.

Elle a publié un premier recueil de poésies en 2008 : Je cours après la joie et un second recueil Topiques aux éditions L’Harmattan en 2013, préfacé par Matthias Vincenot et illustré par Patricia Ulrich.

Elle a participé au Festival DécOUVRIR de Concèze et au Printemps des Poètes en 2010 et en 2014.

Poème

L.

L’improbabilité de ne jamais se croiser,
Quand d’autres, sans le chercher, te le racontent.

Le regard en alerte au théâtre
– Toujours y voir les autres –
Croire au hasard dans les rues
Avoir la même vie, ou presque, et ne pas se trouver.

Imaginer, stupidement, qu’il t’attende dans tes souvenirs.

Savoir que même si le hasard advenait, il resterait à l’état de fantôme.
Il est mort à jamais pour le cours de ta vie,
Alors qu’il reste quelque part.

Et jamais le deuil ne se finit.
Sans raison, il reste encore
Et s’ajoute aux autres fantômes,
Aux autres bancs où l’on ne peut plus s’asseoir,
Aux autres terrasses où l’on ne peut plus aller,
Parce que ce sont des lieux où aucun nouveau souvenir ne se superpose.