Court Prologue pour les 20 ans

« Vingt ans, l’espace à peine d’une enfance », selon les mots de Victor Hugo, c’est l’âge de Poésie en liberté en 2018, le même qu’un grand nombre de ses participants, puisqu’ils ont entre 15 et 25 ans. Certains n’étaient pas nés en 1998, et d’autres qui naissent aujourd’hui seront poètes, et avant vingt ans.

Le concours international Poésie en liberté accompagne cette marche du temps, montrant qu’il se trouve plusieurs milliers de jeunes chaque année qui écrivent et envoient leurs poèmes. Qui l’aurait imaginé ? Qui l’imaginerait encore ? Et pourtant…

Le nombre des participants au concours Poésie en liberté est à présent impressionnant : plus de 110 000 lycéens, étudiants et apprentis, venant de 150 pays, ont perturbé les défaitistes, irrité les empêcheurs de rêve, ému les âmes généreuses, accompagné les vies.

La passion est contagieuse, et des partenaires de toute sorte continuent à suivre ce grand moment poétique annuel, et d’autres nous rejoindront, nous le savons. Qu’ils soient ici tous remerciés.

Des milliers de professeurs, de poètes, d’artistes, de proviseurs, nous accompagnent pour convaincre les intrépides de chaque génération qu’ils ont raison de se risquer dans l’aventure.

La cloche des 20 ans va retentir. Les nations représentées sont nombreuses. En Europe, en Afrique, aux Amériques, en Océanie, en Asie. Surprenante diversité des humains, de leurs regards, de leurs mots.

La poésie est une manière simple de pouvoir dire l’indicible, elle transmet l’impalpable. Elle met chacun face à soi-même, dans sa vérité.

Les poèmes lauréats du concours, publiés désormais par les éditions Bruno Doucey dans une anthologie annuelle, sont un témoignage incomparable des doutes, des craintes, mais aussi des joies et des espoirs d’une génération qui sans cesse se renouvelle, et sans cesse témoigne de son ancrage dans la société.

Le clavier est allumé en permanence dans le monde entier. La liberté inspire les peuples et libère leurs émotions. La rencontre des 20 ans se prépare dès aujourd’hui. Chacune, chacun y a sa place.

Jean-Marc MULLER, Matthias VINCENOT