Blog du Président

Ecrire est un exercice qui nous transforme. La poésie nous fait cheminer sur de nouveaux territoires.


Se dépouiller des encombrements intérieurs, de ce qui nous empêche de voir, sentir, entendre. De l’ego qui envahit, de l’angoisse qui embrouille, de la vanité qui gonfle le verbe.

Ecrire est un cheminement intérieur, une sorte de pèlerinage où l’on apprend à « bien marcher », à trouver le bon rythme, à respirer. On y croise l’autre à qui l’on parle, à qui le poème s’adresse. Cet autre moi-même, frère en humanité. Il s’agit d’être capable d’une rencontre vraie. De voir l’homme dans le pauvre et non le pauvre dans l’homme.

Se dépouiller des banalités de langage, des stéréotypes, des sentiments superficiels. Exiger des mots une pensée claire et des émotions authentiques. Dépouiller la langue comme on dépouille l’âme : pour toucher, raconter une part intime de soi ou un aveu au monde.

Chaque histoire, grande ou petite, personnelle ou collective, porte en elle cette force troublante, ambiguë, bouleversante, quand on refuse la facilité  et qu’on la libère des banales tentations.

Rire ou courir, pleurer ou raconter : peu importe ce que le poème nous apprend. Il est invention de soi et parole à l’autre.