Anthologie progressive

Après 4 ans d’école de Théâtre et divers stages, Hélène Merlin joue dans une quinzaine de court-métrages et un long-métrage, devient conteuse pour enfants dans des centres d’arts contemporains, reporter pour France Musique, scénariste-réalisatrice de films de communication et de court-métrages, animatrice d’ateliers vidéo au Parc de La Villette, récitante lors de soirées poésie ou de concert-lectures… Elle travaille sa plume dans différentes genres (poésie, scénario, histoire pour enfant, pièce de Théâtre, nouvelles, chroniques…) et poursuit son petit bonhomme de chemin, se nourrissant de ses multiples passions : la musique, la danse, la photo, les voyages, la nature…

Poème

Plis

Il n’y a pas d’autre issue.
Il faut plier.
Ne pas tomber, juste vouloir mourir, oublier.
Se redresser, plier encore, et plier encore…
Le vent m’a soufflé la raison. Je l’ai perdu.
Un gouffre sous chaque pas,
Mauvais ou faux, à chaque fois.
Tout est perdu d’avance si je ne plie.
C’est déjà là.
S’ennuyer. Soudain, se faucher. Voilà :
Me perforer le ventre, l’ouvrir en deux.
Rien à vider pourtant.
Pas de serrure ici non plus.
Le sang a beau couler…
Sous les strates.
La pourriture profonde.
Toujours plus profonde et plus inattendue.
Elle se courbe, elle. Inodore.
Elle ondule comme une adolescente,
se tortille comme une pute en bas résille.
S’insinue comme les cafards dans les rigoles
dans les moindres recoins humides et salés.
Là où la solitude brûle.
Là où la solitude brûle.
Là où la solitude brûle.