Anthologie progressive

Marie-Noëlle Agniau, née à Verdun en 1973, vit depuis plusieurs années en Limousin où elle enseigne la philosophie et écrit – après avoir longtemps pratiqué la danse et le dessin. Fidèle à la publication en revue, elle a publié chez divers éditeurs (L’arbre à paroles, Gros textes, L’Harmattan, La Porte, Encres Vives…) une vingtaine de recueils et plaquettes de poésie et participe à de nombreuses lectures publiques – manière pour elle de donner corps et voix au poème. Pendant 10 ans, elle a tenu sur le réseau RCF une chronique philosophique et littéraire et contribue régulièrement à des projets collectifs d’écriture (Portraits de maîtres aux éditions du CNRS, Limousin sur grand écran, éditions Culture et Patrimoine).

Derniers textes parus :
Le pays d’étincelles, La Porte, 2014.
Capture, éditions Culture et patrimoine, 2014, avec un parcours photographique de Laurent Bourdelas et une préface de Pierre Bergounioux.

Poème

Rien n’est barrage à l’enfance dans son kimono blanc

Je viendrai où se réparent les os,
les ligaments ligneux.

        Je viendrai au terme d’un long voyage
et n’aurai qu’à traverser.

Les sensations auront leurs nerfs
récapitulés. La douceur sera la valve étanche.

Je m’attribuerai comme toi tu fais,
une autre langue…

Quel murmure ! Exaucé d’un coup.
Nous le livrons à l’interstice. La voix rejointe est sa maison.