Anthologie progressive

Née en 1993 à Paris, Clémentine Bridoux s’exile très tôt en Creuse où elle passe une enfance au milieu des poules, des chats, des chèvres et des cochons. Après un parcours scientifique au lycée, elle se réoriente vers la Langue des Signes à l’Université de Poitiers. Parallèlement à la découverte de la culture Sourde, elle s’engage dans de nombreuses associations culturelles et continue à pratiquer le théâtre. Après ces multiples expériences, elle souhaite se former dans les années qui viennent à la conception de projets et à la médiation culturelle.

Poème

Quand,
Des rigoles au coin des yeux
On goûtera l’absence
Des jours heureux

On s’en ira manger
Des madeleines
Aux éclats
De rire
Chocolat

Et on ira nager
Dans le souvenir
D’un thé
Sucré

On retrouvera
Les miettes du passé
Dans le marc sombre
D’un café

Et on ira noyer
Les tasses dans l’évier.
ViolonCelle

Seule au milieu de la piste,
La petite violoniste
Jouait du violon triste.
Tenant son archet comme une épée,
Elle battait la mesure, les yeux fermés.
Tournant la tête à son violon.
Tournant la tête à son violon.
Seule.

Seule en missionnaire ;
Les autres à l’unisson
Faisaient pleurer son violon
Ciel.

Violons celle au violon saoul,
Violons celle qui triste et seule
Gardera son corps pour linceul.